Recevez gratuitement la lettre d'information générale du Courrier de l'Ouest.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Cholet Affaire Bourdouleix : tout est parti de l’enregistrement du Courrier

0 12.08.2014 15:35
Voir la vidéo

Afin de permettre à chacun de se forger sa propre opinion, Le Courrier de l’Ouest décidait le 24 juillet 2013 de mettre en ligne sur son site Internet l’intégralité de l’enregistrement réalisé le dimanche 21 juillet à Cholet.

Cet enregistrement d’une durée de 16 minutes et 55 secondes avait été effectué par notre journaliste qui se trouvait aux côtés des différents intervenants dans cet échange entre Gilles Bourdouleix et les gens du voyage.

+ Notre dossier complet sur l'affaire Bourdouleix

Les faits :

Le dimanche 21 juillet aux environs de 18 heures, Gilles Bourdouleix se retrouve, en présence de quatre policiers et de deux agriculteurs, face à des gens du voyage qui viennent de s’installer, sans autorisation, sur un terrain agricole.

L’ambiance se tend rapidement. Des membres de la communauté des gens du voyage font des saluts hitlériens afin de provoquer le député-maire.

Tandis que ces derniers s’éloignent, l’élu prononce la phrase suivante : « Comme quoi Hitler, il n’en a peut-être pas tué assez ».

La capitaine de police tente de maintenir le calme alors que le journaliste du Courrier de l’Ouest s’éloigne un peu pour s’entretenir avec les gens du voyage.

Dans les minutes qui suivent, il interroge Gilles Bourdouleix sur cette phrase et sur la procédure d’expulsion. Le député-maire de Cholet répond à ses questions.

Le Courrier de l'Ouest

 

inscription à la lettre d'information générale
logo Courrier de l'Ouest

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Courrier de l'Ouest.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.