Canicule/fortes chaleurs : entre vigilance et bon sens

Coup de chaud sur la France ce week-end. Plus de 35°C sont attendus samedi après-midi à Paris, ou encore 37°C dans le centre de la France et encore 39°C dans la Bassin Aquitain ce dimanche. Six départements (Gers, Haute-Garonne, Lot, Lot-et-Garonne, Tarn et Tarn-et-Garonne) sont d’ores et déjà placés en vigilance orange, par Météo France. Peut-on pour autant parler de « canicule » ? Et quels sont les précautions à prendre pour protéger sa santé ? Rappels de bon sens.

Le terme canicule serait apparu vers 1500. Il vient de l’italien canicula, qui signifie petite chienne. Quel rapport avec les fortes chaleurs direz-vous ? Il s’agit en fait de l’autre nom donné à Sirius, l’étoile la plus brillante de la constellation du Grand Chien. Cette dernière se lève et se couche avec le soleil, du 22 juillet au 22 août.

La canicule, un vrai temps de chien

L’expression canicule, apparaît lorsque les températures restent élevées consécutivement trois jours et trois nuits. Selon une représentante de Météo France que nous avons contactée, « l’expression ‘températures élevées’ varie selon les régions ». C’est ainsi que les météorologues évoquent une canicule lorsque la température nocturne ne descend pas, la nuit, en dessous de 18° C pour le nord de la France et 20°C pour le sud. Et le jour, lorsqu’elle atteint ou dépasse 30° C pour le nord et 35°C pour le sud.

Pour en savoir plus, consultez la carte des seuils de canicule pour chaque département français extraite du Système d’alerte canicule et santé : principes, fondements et évaluation publié par l’Institut de Veille sanitaire en 2011.

Fortes chaleurs : quels risques pour la santé ?

« Selon l’âge, le corps ne réagit pas de la même façon aux fortes chaleurs » rappelle l’Institut national de Prévention et d’Education pour la Santé (INPES). Ainsi, « chez les personnes âgées, l’organisme transpire peu et a du mal à se maintenir à 37°C ». Le risque d’hyperthermie – souvent appelé coup de chaleur – est alors réel. Si vous êtes concerné, l’INPES vous conseille :

De ne pas sortir aux heures les plus chaudes (entre midi et 16h) ;

De passer plusieurs heures dans des endroits frais et climatisés comme les galeries marchandes, les musées ou les bibliothèques ;

De manger normalement, en privilégiant les fruits et les légumes, riches en eau ;

De boire plus d’un litre et demi d’eau par jour ;

De vous humidifier la peau plusieurs fois par jour tout en assurant une légère ventilation. Si votre maison n’est pas équipée d’une climatisation, suspendez - ou faites suspendre - un drap humide devant votre fenêtre ouverte sur l’extérieur. Au moindre souffle de vent, il vous dispensera une douce fraicheur.

De donner régulièrement des nouvelles à vos proches.

Pour les enfants et les adultes, « le corps transpire beaucoup pour se maintenir à température. La perte d’eau engendrée augmente les risques de déshydratation » continue l’INPES. Si c’est votre cas, il vous est conseillé :

De boire beaucoup d’eau ;

De ne pas faire d’efforts physiques intenses ;

De ne pas rester en plein soleil ;

De ne pas consommer d’alcool ;

De rester vigilant sur le lieu de travail (principalement pour les travaux en extérieur) ;

De prendre – et de donner- des nouvelles régulières à votre entourage ou à votre famille.

Vous prenez la route ?

En voiture, les températures augmentent rapidement. Faites des pauses fréquentes à l’ombre et si possible au frais. Humidifiez-vous régulièrement à l’aide par exemple d’un brumisateur. Et bien- sûr, buvez. Si possible voyagez aux heures les moins chaudes. Et comme le rappelle l’Institut national de Veille sanitaire, « ne jamais laisser un enfant seul dans une voiture, même pour quelques minutes ».

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.