Recevez gratuitement la lettre d'information générale du Courrier de l'Ouest.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Candé Affaire Anne Barbot : son mari en garde à vue

0 26.11.2013 17:22
 Candé. Affaire Anne Barbot : l’enquête s’accélère autour du mari

Candé. Affaire Anne Barbot : l’enquête s’accélère autour du mari

Photo Le Courrier de l'Ouest

Neuf mois après la découverte du corps d'Anne Barbot, 38 ans, retrouvée dans sa voiture calcinée dans le Haut-Anjou en Maine-et-Loire, deux personnes, dont le mari de la victime, ont été placées en garde à vue mardi.

Les deux placements en garde à vue ont été opérés dans le cadre d'une perquisition menée au domicile de la victime, Anne Barbot, à Vritz (Loire-Atlantique), par les gendarmes de la Section de recherches d'Angers chargés de l'enquête.

"Je vous confirme les placements en garde à vue et la perquisition", a simplement déclaré François Touron, le procureur adjoint d'Angers.

Employée dans une grande surface à Candé (Maine-et-Loire), Anne Barbot avait été signalée disparue le 16 mars dernier. Son corps calciné avait été retrouvé le 28 mars dans le coffre de sa voiture brûlée, au milieu d'un bois à Saint-Michel-et-Chanveaux, un petit village situé à une quinzaine de kilomètres de Vritz, en lisière du département de Loire-Atlantique.

Une marche organisée par les proches d'Anne Barbot avait rassemblé près de 700 personnes dans les rues de Candé.

En mai dernier, son époux avait dû être brièvement hospitalisé après une tentative de suicide tout près du lieu où le corps de sa femme avait été retrouvé. 

A lire aussi :

- Au mois d’octobre, Didier Barbot nous avait reçus…

- Anne Barbot assommée à coups de bûches puis étranglée

- Le mari et sa maîtresse mis en examen pour assassinat

- Des questions et des rumeurs autour de l'affaire

- Le mari d'Anne Barbot placé en garde à vue

- Les dates clés de l'affaire

- Meurtre d'Anne Barbot : son époux tente de mettre fin à ses jours


Les dates clés de l'affaire Barbot

Samedi 16 mars
Selon les déclarations de son époux, Didier Barbot, à 7 h 10, Anne Barbot, hôtesse de caisse de 38 ans, quitte son domicile, à Vritz, pour se rendre au supermarché où elle travaillait, à Candé, à 7,5 kilomètres de là. Elle n’y arriva jamais. Didier Barbot est prévenu de la disparition vers 11 h 45.

Lundi 18 mars
Une centaine de personnes, des proches des époux Barbot, se massent devant la gendarmerie de Saint-Mars-la-Jaille pour attirer l’attention des autorités sur cette disparition. Dans le même temps, des dizaines de personnes s’activent pour retrouver Anne Barbot.

Vendredi 22 mars
Le parquet de Nantes ouvre une information judiciaire pour disparition inquiétante. La gendarmerie enquête et mobilise à deux reprises un hélicoptère pour effectuer des recherches. Toujours en vain.

Samedi 23 mars
Entre 600 et 700 personnes défilent dans les rues de Candé afin de médiatiser la disparition d’Anne Barbot.

Jeudi 28 mars
Une gaine appartenant à la disparue est retrouvée près de chez elle ainsi que son chéquier, dans un fossé. Mais ce même jour, un étudiant découvre la voiture brûlée d’Anne Barbot dans une forêt à la sortie de Saint-Michel-et-Chanveaux, à la limite du Maine-et-Loire et de la Loire-Atlantique. Un corps carbonisé repose dans le coffre.

Mercredi 3 avril
Il aura fallu cinq jours aux médecins légistes pour acquérir la certitude qu’il s’agit bien du corps d’Anne Barbot. Les médecins ont la certitude qu’elle a été tuée avant d’être brûlée, mais, compte tenu de l’état du corps ils ne peuvent déterminer ni le jour ni l’origine de la mort.

Mardi 9 avril
Après trois semaines d’enquêtes, les gendarmes s’organisent. Ils créent une cellule d’investigation et une vingtaine de gendarmes spécialisés dans les recherches sont spécialement dédiés à cette affaire. Face à l’absence d’indices ils décident de reprendre toute l’affaire à zéro.

Fin mai
Didier Barbot tente de mettre fin à ses jours dans la forêt de Saint-Michel-et-Chanveaux là où sa femme avait été retrouvée morte. Après avoir avalé des médicaments, l'homme avait tenté de s'asphyxier dans sa voiture. Mais il a pu être sauvé. Lors des obsèques de sa femme,  Didier Barbot avait clamé publiquement ne pas être "l'assassin" de son épouse, voulant ainsi faire taire une rumeur persistante.

Mardi 2 juillet
Les gendarmes de la section de recherche d'Angers ont placé un habitant de Vritz en garde à vue. L'homme a très vite été mis hors de cause par les enquêteurs.

 

inscription à la lettre d'information générale
logo Courrier de l'Ouest

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Courrier de l'Ouest.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.