Cancer de l’ovaire : nouveaux espoirs

Une nouvelle avancée dans le traitement des cancers de l’ovaire a été présentée récemment, dans le cadre du congrès de l’American Society of Clinical Oncology (ASCO) à Chicago (Etats-Unis). L’association d’Avastin® (bevacizumab) à une chimiothérapie standard a multiplié par deux selon les auteurs, la survie sans progression de la maladie.

L’Avastin® est un anticorps monoclonal utilisé contre différents types de cancers. Il inhibe la néo-angiogénèse, c’est-à-dire la formation de vaisseaux sanguins alimentant la tumeur. L’essai clinique de phase III présenté à Chicago, a été mené par le réseau international du Gynecologic Cancer Intergroup (GCIG) et le pan-European Network of Gynaecological Oncological Trial Groups (ENGOT).

Au total, 361 femmes présentant un cancer de l’ovaire résistant à la chimiothérapie par sels de platine ont participé à ce travail. Rappelons que cette forme de résistance concerne 20% des femmes atteintes de ce type de cancer. L’étude visait à évaluer l’association de médicament une chimiothérapie standard, comparativement à un protocole thérapeutique reposant uniquement sur une chimiothérapie.

Les résultats paraissent encourageants. En effet, la survie sans progression de la maladie a été de 6,7 mois dans le groupe traité par le bevacizumab, contre 3,4 mois chez les autres patientes. De plus, chez les femmes ainsi traitées, le taux de régression de la tumeur (ce qui constitue un taux de réponse objective) a été significativement plus élevé.

Le cancer de l’ovaire est la septième cause de décès par cancers dans le monde. Chaque année, près de 230 000 cas sont diagnostiqués et environ 140 000 femmes en décèdent. En France, le nombre de nouveaux cas est estimé à 4 000 chaque année et celui des décès à 3 000.

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.