Recevez gratuitement la lettre d'information générale du Courrier de l'Ouest.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Avrillé L'entreprise de peinture Barbin de nouveau frappée par un incendie

1 09.09.2016 14:11
  • Photo www.hornet-view.com

    Le panache de fumée, dans lequel on devine les deux lances sur échelles, dominait la zone d’activités des Landes à Avrillé

  • Avrillé. L'entreprise de peinture Barbin de nouveau frappée par un incendie

    Avrillé. L'entreprise de peinture Barbin de nouveau frappée par un incendie

  • Photo d'internaute


  • Photo Le Courrier de l'Ouest


  • Photo Twitter @don_renaldoo

    Le panache de fumée est visible depuis la Promenade du Bout du Monde à Angers.

  • Photo d'internaute

    L'incendie vu depuis des terrains de sport à Monplaisir.

L'entreprise de peintures et de revêments Barbin Sols et Murs,est de nouveau touchée par un incendie vendredi après-midi à Avrillé près d'Angers.

 

Un immense panache de fumée était visible en début-d'après midi à des kilomètres à la ronde.

Les locaux sont entièrement embrasés. Soixante sapeurs-pompiers sont à l'oeuvre pour éteindre le feu. Ils sont maîtres de l'incendie depuis 15 heures.

La société avait déjà touchée par un incendie le 24 août dernier, mais de moindre ampleur.

Une quarantaine de sapeurs-pompiers des trois centres de secours principaux (CSP) d'Angers et de Soulaines-sur-Aubance avaient alors convergé avec huit véhicules vers cet entrepôt de 2 000 m2.

Ce vendredi après-midi, la zone industrielle des Landes a été fermée à la circulation.

 

Commentaires (1)

2 incendies coup sur coup peut être rien d'étonnant
laurent rousseau dim, 13/11/2016 - 10:51

Le gérant de la société Barbin m’apparaît comme un joli petit "arriviste", arrivant d'un grand groupe il à certainement dû hériter d'un "parachute doré" en quittant son poste en Afrique du sud, et est arrivé sur la place angevine en rachetant l'entreprise des époux Barbin. Ce type de personne me parait sans scrupules. Actuellement sans conducteur de travaux, dont l'un est en arrêt pour "burn out", tiens donc comme c'est bizarre ??? et le second en arrêt de maladie également, ce dernier jouant la montre, apparemment il serait plus presser de gagner l'âge de la retraite que de revenir travailler chez son patron. Avec ce type de dirigeant, cela peut se comprendre. Moi personnel pour la petite histoire je suis en recherche d'emploi. Venant d'une grosse société de revêtements de sols, celui-ci à voulu me mettre le "grappin" dessus. Rien de plus normal, jusqu'ici me diriez-vous. Mais à quelle sauce !!! et bien je vais vous le dire, surtout pas en tant que cadre, malgré que j'ai le statut depuis 20 ans. Le goujat, me propose 1900€ net par mois pour faire 10 heures par jour !!! cela fait du 200 heures soit 9€50 net de l'heure pour un conducteur de travaux. Ben voyons pourquoi se gêner !!! Ce cher monsieur, a-t-il oublier qu'il à changer de continent et qu'en France il existe une loi sur le travail, même si celle-ci est nos jours bien souvent bafouée. Pour les partenaires de cette entreprise public ou privée il serait bien de vous remettre en question avant de faire travailler l'entreprise en question.

Bien cordialement

LAURENT ROUSSEAU

 

inscription à la lettre d'information générale
logo Courrier de l'Ouest

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Courrier de l'Ouest.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.