Avant une opération, STOP au tabac !

Le tabac c’est connu, expose à toute une série de maladies. On ne sera donc pas surpris des conclusions d’un travail américain, selon lequel il augmente également, les coûts – et les complications - liés à la chirurgie. En réalité, les fumeurs sont plus exposés aux complications post-opératoires, notamment respiratoires. C’est aujourd’hui prouvé… et précisément chiffré.

Le Pr Aparna S. Kamath et son équipe, de l’Université de l’Iowa, se sont intéressés aux dossiers médicaux de 14 853 patients qui avaient subi une intervention chirurgicale. Le tiers de ces malades était constitué de fumeurs réguliers, 39% étaient des anciens fumeurs récents dont le sevrage remontait à , un an avant l’opération, et les autres étaient des non-fumeurs.

Résultat, le coût total des soins médicaux dont ces malades ont eu besoin s’est avéré supérieur de 4% chez les fumeurs. Soit en moyenne, 900 dollars de plus. L’auteur n’a pas observé de différence significative entre les abstinents totaux et les anciens fumeurs. Kamath par ailleurs, a tenté de déterminer les raisons de ce surcoût. « Sans surprise, les fumeurs ont été plus souvent victimes de complications respiratoires » que les autres patients, explique-t-il.

Ces résultats illustrent une fois encore, l’intérêt d’une aide au sevrage tabagique avant toute intervention chirurgicale. « Arrêter de fumer quatre à six semaines avant l’intervention, c’est avoir une chance de meilleures suites opératoires, et un moindre risque de complications ». Car si la fumée de tabac augmente le risque d’infection, elle favorise aussi les lâchages de sutures, retarde la cicatrisation et la consolidation osseuse...

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.