Recevez gratuitement la lettre d'information générale du Courrier de l'Ouest.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Au mois d’octobre, Didier Barbot nous avait reçus…

0 29.11.2013 11:21
Au mois d’octobre, Didier Barbot nous avait reçus

Au mois d’octobre, Didier Barbot nous avait reçus

Droits réservés

Confidences. C’était début octobre. Didier Barbot avait accepté de nous recevoir, avec ses meilleurs amis, dans leur ferme, à Vritz. Ce jour-là, il était revenu sur les 7 mois écoulés. 

Pour tout dire, ce sont plutôt ses amis qui ont parlé pour lui. « Il est fragile vous savez », avaient-ils prévenu. Didier Barbot expliquait que reparler de « tout ça »  le « remuait à chaque fois ». Il assurait n’avoir touché à rien dans la maison, pour « ne pas oublier ». Et disait travailler dur « pour ne pas trop y penser ».

Il a aussi évoqué ces nuits « difficiles » où il avait « du mal à trouver le sommeil ». Au cours de cette entrevue de plus de 3 heures, les larmes lui étaient montées aux yeux, par deux fois. Mais jamais il n’avait nommé Anne ou évoqué sa « femme ». L’existence d’une « amie » avait été passée sous silence.

Ce jour-là, dans la manière qu’il parlait de son épouse et de sa mort, cet homme avait mis de la distance.

A lire aussi :

- Anne Barbot assommée à coups de bûches puis étranglée

- Le mari et sa maîtresse mis en examen pour assassinat

- Des questions et des rumeurs autour de l'affaire

- Le mari d'Anne Barbot placé en garde à vue

- Les dates clés de l'affaire

- Meurtre d'Anne Barbot : son époux tente de mettre fin à ses jours


 

inscription à la lettre d'information générale
logo Courrier de l'Ouest

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Courrier de l'Ouest.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.