Recevez gratuitement la lettre d'information générale du Courrier de l'Ouest.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Anjou Vins de Loire : « Aux Ligers, nous avons vu le potentiel des vins »

0 03.02.2016 07:00
Laurent Polleau, président des œnologues du Val de Loire.

Laurent Polleau, président des œnologues du Val de Loire.

Photo Le Courrier de l'Ouest

Le concours des Ligers s’est déroulé dimanche à Angers. Chaque année, il donne le coup d’envoi du Salon des Vins de Loire. Entretien avec Laurent Polleau, président des œnologues du Val de Loire.

-> Retour au dossier consacré aux vins de Loire en cliquant ici

Qu’attendiez-vous de ce millésime ?

Laurent Polleau : Je souhaite toujours que les vins se présentent sous leur meilleur jour. Cette année, la fleur de vigne était globalement en avance, mais compte tenu des évolutions climatiques particulières entre juin et septembre, la récolte n’a pas été précoce.  La relative absence de froid en décembre, qui concoure normalement à murir les vins pour qu’ils soient présentables, a nécessité des explications. Pour les dégustateurs, l’objectif était de réussir à voir le potentiel des vins. Ce n’est pas tous les ans que l’ont goûte des vins à peine mûrs… La technicité des dégustateurs doit leur permettre de décrypter un produit, et de reconnaître ceux qui méritent d’être remarqués. Le concours est tôt, il faut le prendre comme une photographie au 31 janvier.

Rappelez-nous comment se passe la dégustation.

Le jury est composé de 300 personnes, œnologues,œnophiles, techniciens, professionnels ou amateurs. On dispose entre 80 et 100 tables de dégustation. Les jurés ont deux séries de 12 à 18 vins à déguster. On rapproche des produits de la même gamme qui forment un panel homogène. Les vins sont notés, puis commentés. C’est intéressant de mêler trois ou quatre esprits de dégustation par table, même s’ils sont tous de cultures ligériennes. Un Angevin et un Sancerrois ont leur culture propre. Cette année près de 2 500 échantillons ont été analysés.

Si je vous demandais votre vin préféré cette année ?

Non ! Les vins se détachent tous ! La richesse du Val de Loire c’est justement cette diversité. Elle permet de satisfaire toutes les humeurs et toutes les gourmandises. Mon souhait chaque année, c’est qu’il y ait des vins qui montrent leur éclat dans toutes les directions. Une telle diversité rassemblée dans un même vignoble, c’est du jamais vu. Nous avons des vins tranquilles, effervescents, des produits secs ou moelleux, en blanc et en rosé. Idem en vin rouge, où l’on passe de vins légers à des produits plus structurés.

Le vignoble est unique mais il manque encore de reconnaissance, vous y travaillez ?

Du 18 au 21 mai, nous, les œnologues du Val de Loire, organisons le Congrès national des œnologues de France qui se tiendra à Amboise et à Tours. Nous avons invité des partenaires de cet événement sur le concours pour leur montrer l’envers du décor, le volume de travail, l’organisation… Ils ont également fait partie du jury ce dimanche. Nous voulons qu’ils voient par eux-mêmes les remarquables qualités humaines et techniques, ainsi que les meilleurs produits qui composent la richesse de notre territoire ligérien. Sur le plan national, les vins de Loire manquent encore de reconnaissance. Il n’y a qu’à regarder le prix de nos bouteilles en supermarché ! En Provence, par exemple, le tourisme est vecteur de dynamisme de vente et de prix, ce n’est pas autant le cas chez nous. Nous avons d’autres idées dans les cartons pour mettre en avant les vins de Loire. Mais on en reparlera dans quelques mois !

 

inscription à la lettre d'information générale
logo Courrier de l'Ouest

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Courrier de l'Ouest.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.