Recevez gratuitement la lettre d'information générale du Courrier de l'Ouest.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Noël Tijou, l’enfant du pays

0 23.02.2012 11:29

A bientôt 70 ans, Noël Tijou n’a rien perdu de sa mémoire. Tout est ancré, jusqu’au plus infime détail d’un des milliers de kilomètres qu’il a parcourus en galopant à la vitesse du vent.A bientôt 70 ans, l’enfant de la Jubaudière n’a rien perdu non plus de son amour pour le cross-country.Cette discipline, il en a été le maître incontestable et incontesté du XXe siècle. Sept fois champion de France senior de cross, il a couru à peu près partout dans l’Hexagone. Partout… sauf au cross du Courrier de l’Ouest.Héros local, champion national« A ma connaissance, la question de sa participation ne s’est jamais posée. Et puis Noël ne courait pas gratuitement », explique sans ambages Roger Mikulak, père fondateur du cross.« C’est vrai, les organisateurs n’invitaient pas les athlètes, lance en écho Noël Tijou. A la création de l’épreuve, en 1975, j’habitais à l’autre bout de la France (à Epinal, en Lorraine, NDLR). Je connais malgré tout la réputation de cette épreuve. Le Courrier de l’Ouest a été un des premiers journaux à organiser un cross de masse, permettant ainsi au plus grand nombre de se mettre à courir. » Et ça, pour Noël Tijou, c’est l’essentiel !DéfiLa course à pied, lui, il est tombé dedans bien plus tôt. Au mitan du siècle dernier. « J’étais gamin et avec les copains, on a décidé de voir qui serait capable de courir le plus longtemps. »Le défi prit corps un après-midi d’été 1951. En plein cœur de la Jubaudière. « Juste à côté de l’église, la petite place était entourée de platanes ; le tour faisait environ 200 mètres », précise Tijou qui, de bien entendu, terrassa ses adversaires.Lui avait couru en s’amusant. Ses copains en souffrant. Un premier cross dans le parc du Château plus tard, avec une 3e place à la clé, et la carrière de Noël Tijou était lancée.Championnats de France en 1957D’abord sous les couleurs de Villedieu-la-Blouère, club qu’il propulsa aux championnats de France en 1957.« J’étais qualifié en cadet, mais le club n’avait pas les moyens de m’envoyer à Lille. Mon père et un copain m’ont payé le voyage », raconte Tijou.Dans le Nord, à des centaines de kilomètres d’une région qu’il n’avait jusqu’alors jamais quittée, le p’tit gars de la Jub’ se révéla.« C’est un souvenir grandiose. Durant le voyage, j’avais découvert Paris, le métro et tout ça pour finir quatrième. » Un pur bonheur agrémenté d’une sacrée récompense : les frais de déplacements des 60 premiers étaient remboursés !Train de nuitDeuxième les deux saisons suivantes sous les couleurs de Chalonnes, Noël Tijou patienta jusqu’en 1960 pour gravir le dernier échelon et être sacré champion de France junior à Aix-les-Bains. Le cross tenait son champion.Et le champion tenait au cross. « Contrairement à ce qui arrive sur piste, les meilleurs se font rarement surprendre en cross. Une relance, une bosse, de la boue, toutes les conditions et tous les mouvements de terrain sont bons pour impressionner l’adversaire, voire pour bluffer. Oui, j’aimais ça », reprend Tijou qui décrocha le premier de ses titres seniors en 1967 à Orange. Un instant magique. Des retombées féériques.« J’avais pris le train de nuit pour rentrer à Saumur (où il était moniteur de sports à Saint-Louis, NDLR). A la gare, une deux-chevaux décapotable m’attendait. J’avais traversé Saumur debout. C’était génial ! »Au sous-solTellement génial qu’aujourd’hui, seuls deux trophées reçus en 1967 trônent dans le séjour du champion, retraité et paisiblement installé en Vendée : « Un sujet en étain qui m’a été remis lors d’une fête en mon honneur à la Jubaudière, et un autre en bronze offert par mon club de Chalonnes. »Le reste des coupes et des médailles est au sous-sol. « Elles sont quand même soigneusement rangées sur des étagères, mais il faut les épousseter de temps en temps », sourit Tijou en guise de conclusion. Cela tombe bien, le champion n’est jamais aussi heureux qu’en feuilletant son album à souvenirs…+ S’inscrire, se renseigner sur le Cross du Courrier de l’Ouest et de la Ville d’Angers - Espace Anjou

Abonnement

Retrouvez toutes nos offres
à partir de 1€ par mois

Je m'abonne

 

inscription à la lettre d'information générale
logo Courrier de l'Ouest

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Courrier de l'Ouest.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.