Recevez gratuitement la lettre d'information générale du Courrier de l'Ouest.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Angers Violés par leur oncle et son ami

1 21.08.2013 08:15
Les faits se sont produits entre 1994 et 2003 et la procédure a duré dix ans.

Les faits se sont produits entre 1994 et 2003 et la procédure a duré dix ans.

Photo Le Courrier de l'Ouest

Condamnés en avril à 9 et 7 ans de prison pour viols et agressions, deux homosexuels demandaient hier leur mise en liberté.

Rappelant « l’extrême souffrance de cette famille déchirée », le procureur de la République stigmatise « la volonté manifeste [des accusés] d’échapper au châtiment final ». Les remettre en liberté est « contraire au droit, à l’équité et à la justice », insiste-t-il. La cour a suivi son avis. Accusé de viols en réunion et agressions sexuelles par personne ayant autorité, l’oncle indigne restera en prison, tout comme son compagnon.

Compte-rendu d'audience à lire dans Le Courrier de l'Ouest de mercredi, éditions Maine-et-Loire, page 2

Commentaires (1)

juste décision de la justice
fcrboulay mer, 21/08/2013 - 12:27

Ces deux personnes se sont elles souciées un seul petit instant de tout le mal qu'elles faisaient A VIE ,a leurs petits neveux? réponse NON ! ces petits bouts de choux sont détruit pour toute leur vie ! alors 7 et 9 ans de prison a coté c'est pas cher payé ! qu'ils y reste dans le fond de leur prison ces deux pédophiles ! il ne manqueront pas un instant a la sociétée !le seul problème c'est encore nous qui payons pour les nourrir !

ben490

 

inscription à la lettre d'information générale
logo Courrier de l'Ouest

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Courrier de l'Ouest.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.