Recevez gratuitement la lettre d'information générale du Courrier de l'Ouest.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Angers Un radar piège repéré avenue Victor-Châtenay

0 29.04.2013 08:30
Installés en descente, cachés, situés après le danger ou à un endroit où la vitesse est momentanément abaissée: l'association 40 millions d'automobilistes a recensé les radars fixes "pièges" et publie lundi les résultats d'un audit.

Installés en descente, cachés, situés après le danger ou à un endroit où la vitesse est momentanément abaissée: l'association 40 millions d'automobilistes a recensé les radars fixes "pièges" et publie lundi les résultats d'un audit.

Photo archives Le Courrier de l'Ouest

Installés en descente, cachés, situés après le danger ou à un endroit où la vitesse est momentanément abaissée: l'association 40 millions d'automobilistes a recensé les radars fixes "pièges" et publie lundi les résultats d'un audit.

L'association, qui veut remettre cet "audit participatif" au ministre de l'Intérieur Manuel Valls, affirme avoir recueilli plus de 67.000 témoignages depuis le 30 octobre.

L'in des radars "pièges" se situe à Angers, sur la D323, avenue Victor-Châtenay : "Un radar volontairement placé à quelques mètres du panneau de sortie de la ville... La vitesse y est limitée à 50 km/h;  il est quasiment impossible de ne pas s'y faire piéger si l'on ne le connaît pas...", indique la carte interactive publiée par l'association (voir ci-dessous).

Elle distingue 10 situations jugées "piégeuses" et propose sept mesures pour permettre une "meilleure acceptation du système". "Pour qu'une vitesse soit respectée", "elle doit être respectable", explique 40 millions d'automobilistes.

Interrogé lundi matin sur RTL, Manuel Valls a déclaré: "Il y 66% de morts en moins à proximité des radars, donc je ne faiblirai pas, je ne baisserai pas la garde. On peut s'adresser à la commission nationale de sécurité routière si on estime qu'il y a un abus. Je regarderai avec intérêt les propositions qui aujourd'hui sont faites, mais nous ne pouvons pas baisser la garde". "Les radars sauvent des vies. S'il y a ici ou là un radar qui serait inutile, pourquoi pas, mais attention à ce débat", a ajouté le ministre.

Selon "40 millions d'automobilistes", qui revendique 320.000 adhérents, "bien loin de récolter des réactions +antiradaristes+, les histoires recueillies (...) sont bien celles d'automobilistes qui ne s'opposent pas frontalement au système mais en dénoncent les excès".

Certains témoignages évoquent par exemple un radar qui flashe au dessus de 70 km/h sur une route entre Tours et Le Mans alors que la vitesse est limitée à 90 km/h dans l'autre sens de circulation. Ou encore le radar de Saint-Julien-en-Genevois (Haute-Savoie) sur l'autoroute A41, réputé le plus rentable de France, qui flashe 0les usagers de la route circulant à plus de 50 km/h à 200m de la frontière avec la suisse. Outre son étude de 32 pages que l'association veut aussi remettre aux députés et sénateurs, 40 millions d'automobilistes publie une carte de l'implantation de 72 radars "pièges".

En 2012, les 4.047 radars mobiles ont flashé plus de 21 millions de fois et ont rapporté 730 millions d'euros.

Selon la sécurité routière, il y a 66% de morts en moins à proximité des radars depuis leur installation et la courbe de baisse de la mortalité sur la route suit rigoureusement celle de la baisse de vitesse (http://securite-routiere.gouv.fr). En 2012, la vitesse excessive est la cause principale de 26% des accidents mortels, selon la Sécurité routière qui se fonde sur les évaluations faites sur place par les forces de l'ordre.

L'association Prévention routière estime que le strict respect des limitations de vitesse aurait permis de sauver entre 577 et 1281 vies en 2011, selon les associations. Selon une étude d'octobre 2012 de l'Ifop, 28% des Français reconnaissent ne pas respecter les limitations de vitesse. Plus de la moitié explique ce comportement parce qu'ils pensent que la route le permet (53%), parce qu'ils sont pressés (33%) ou/et parce qu'ils disent maîtriser leur véhicule (26%).


Afficher RMTR sur une carte plus grande

 

inscription à la lettre d'information générale
logo Courrier de l'Ouest

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Courrier de l'Ouest.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.