Recevez gratuitement la lettre d'information générale du Courrier de l'Ouest.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Angers Les cinq avantages à vivre sans téléphone portable

0 10.04.2016 20:18
POUR ILLUSTRER LE PAPIER DE CELINE SERRAT(ARCHIVES) Photo prise le 08 octobre 2009 à Lille, d'une jeune fille envoyant des SMS depuis un téléphone portable. L'appel de l'Agence sanitaire à un usage modéré par les plus jeunes des téléphones portables a remis d'actualité une disposition inscrite dans la loi Grenelle 2 de 2010, qui donne la possibilité d'interdire les mobiles destinés aux moins de six ans.  AFP PHOTO / DENIS CHARLET

POUR ILLUSTRER LE PAPIER DE CELINE SERRAT(ARCHIVES) Photo prise le 08 octobre 2009 à Lille, d'une jeune fille envoyant des SMS depuis un téléphone portable. L'appel de l'Agence sanitaire à un usage modéré par les plus jeunes des téléphones portables a remis d'actualité une disposition inscrite dans la loi Grenelle 2 de 2010, qui donne la possibilité d'interdire les mobiles destinés aux moins de six ans. AFP PHOTO / DENIS CHARLET

Florence Abélard

8 % des Français n’ont pas ou n’ont plus de téléphone portable. Ils disent pourquoi et comment
ils s’en passent dans le livre que leur consacre un professeur de sociologie angevin, Bertrand Bergier.

1 Une délivrance

« Ne pas avoir de mobile, c’est se délivrer du statut de joignable - quelqu’un qui doit être joignable partout et tout le temps. Avoir un mobile vous impose de répondre et rapidement. L’absence de réponse est perçue comme un manquement, le silence comme une défection. C’est un code social. Refuser de s’équiper, pour ces personnes, c’est donc refuser un fil à la patte. »

2 Préserver sa vie privée

Certains entendent revaloriser les frontières que le régime du mobinaute a abolies : entre le dedans et le dehors, entre l’espace professionnel et l’espace privé. Dès qu’ils ont été à la retraite, certains ont voulu se libérer du mobile.

3 La discrétion

Pas de portables, pas d’épanchements en public au téléphone.

4 La liberté buissonnière

Le mobile peut être considéré comme un outil de traçage ou de contrôle par les proches, un mouchard de poche. « Éventuellement trahis un jour par un texto gardé bêtement en mémoire, certains défendent leur liberté buissonnière », note Bertrand Bergier.

5 Se recentrer sur l’essentiel

Bertrand Bergier les appelle les « objecteurs de croissance ». Anti-consuméristes, « leur perception du mobile et de son usage entre en conflit avec ce qui leur paraît essentiel dans l’existence ». Eux veulent échapper à la tyrannie de l’urgence et de l’immédiateté. « La question est de savoir si les sans mobile sont les derniers des Mohicans ou bien s’ils ne préfigurent pas au contraire une forme de résistance pour demain ».

« Sans mobile apparent » par Bertrand Bergier. Éditions Chronique sociale.

L’interview de Bertrand Bergier à lire lundi dans Le Courrier de l’Ouest à télécharger ici

 

inscription à la lettre d'information générale
logo Courrier de l'Ouest

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Courrier de l'Ouest.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.