Recevez gratuitement la lettre d'information générale du Courrier de l'Ouest.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Angers Il tire à boulets rouges sur le maire et ses adjoints

2 14.05.2013 21:35
LA GRIGNOTINE

LA GRIGNOTINE

CLAIR Josselin

En conflit ouvert avec la mairie depuis la tentative avortée d'instaurer une taxe-trottoir, Jean-Paul Gaboriau a choisi d’alimenter la polémique de façon spectaculaire. Il a affiché sur la vitrine de sa briocherie, rue Saint-Aubin, des messages accusateurs pour dénoncer noir sur blanc le comportement des élus locaux. Les passants sont interloqués par ce florilège de messages accusateurs. On peut y lire : « L’avantage avec Béatse, contrairement à Cahuzac, c’est que les Angevins savent qu’il ment avant les élections ». Gênée aux entournures, la mairie a choisi pour l’heure de lui répondre par le silence. Plus d'informations dans le Courrier de l'Ouest de ce mercredi.

Commentaires (2)

Quant va-t-on le faire rentrer dans sa boutique ?
jackieodile jeu, 16/05/2013 - 10:00

Les commerçants se croient vraiment tout permis !
Ce pourvoyeur d'obèses non content de monopoliser l'espace public, refuse de payer la location de cet espace...
Je suggère aux locataires de la rue St Aubin d'en faire autant et de placer leurs salons au beau milieu de cette rue !
Quant au service des impôts un bon contrôle fiscal de ses boutiques le calmerait un peu.

bof
JLL mer, 15/05/2013 - 15:53

Attention Mr Gaboriau toutes ces affiches ne plairont peut être pas à toute votre clientèle , à un moment il faut raison garder.

 

inscription à la lettre d'information générale
logo Courrier de l'Ouest

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Courrier de l'Ouest.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.