Recevez gratuitement la lettre d'information générale du Courrier de l'Ouest.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Angers En cas d'attentat, les gendarmes arriveront par les airs

0 19.05.2017 19:36
  • Photo Le Courrier de l'Ouest - Laurent COMBET

    Protégés et armés, les gendarmes ont été déposés près du lieu où les terroristes s'étaient retranchés.

  • Photo Le Courrier de l'Ouest - Laurent COMBET

    Cette tablette facilement transportable permet de visualiser au sol les images filmées depuis l'hélicoptère.

  • Photo Le Courrier de l'Ouest - Laurent COMBET

    Une fois au sol et équipés, les militaires ont formé une colonne d'assaut.

  • Photo Le Courrier de l'Ouest - Laurent COMBET

    Pendant l'exercice, plusieurs gendarmes ont été hélitreuillés pour la première fois.

  • Photo Le Courrier de l'Ouest - Laurent COMBET

    Certains gendarmes ont été treuillés sur un point haut pour mieux mettre en joue les deux fuyards.

  • Photo Le Courrier de l'Ouest - Laurent COMBET

    La colonne d'assaut a pu neutraliser rapidement les deux terroristes.

  • Photo Le Courrier de l'Ouest - Laurent COMBET

    Les 24 hommes du PSIG ont suivi le debriefing à chaud, mené par le lieutenant-colonel Dulong de Rosnay.

Le peloton de surveillance et d’intervention de la gendarmerie (PSIG) d’Angers aura l’été prochain la qualification de PSIG Sabre. Cette unité, qui pourra intervenir en moins de vingt minutes en tout point du Maine-et-Loire, sera dotée de nouveaux moyens, en armement et en protections, pour la lutte anti-terroriste.

Les 24 hommes qui composent le PSIG d'Angers suivent aussi un entraînement plus pointu, digne de ceux du GIGN. Mardi, deux hélicoptères ont été mobilisés par le lieutenant-colonel Henri Dulong de Rosnay, commandant de la compagnie d'Angers et lui-même pilote instructeur, pour un exercice de grande ampleur mené à Angers et à Saint-Jean-de-Linières.

Un attentat a été simulé et deux pseudo-terroristes ont été pris en chasse. Les hommes du PSIG ont été hélitreuillés ou déposés par hélicoptère sur le site où les deux fuyards s'étaient retranchés.

 

L'exercice a permis de former les militaires qui n'avaient pas encore l'habitude d'utiliser un moyen aérien. Mais aussi de tester une partie du matériel, notamment la tablette qui permet de visualiser en direct, au sol, les images filmées depuis l'hélicoptère.

En cas d'attentat, le PSIG Sabre est une unité chargée d'assurer l'intervention d'urgence en attendant l'arrivée du GIGN.

Notre reportage est à découvrir dans Le Courrier de l'Ouest, édition d'Angers, de ce samedi.

 

inscription à la lettre d'information générale
logo Courrier de l'Ouest

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Courrier de l'Ouest.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.