Recevez gratuitement la lettre d'information générale du Courrier de l'Ouest.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Angers Christophe Béchu parraine François Fillon après avoir voulu son retrait

1 17.03.2017 08:52
Le maire d’Angers avait reçu le candidat à la Présidentielle pour une visite surprise au Réveillon de l’amitié.

Le maire d’Angers avait reçu le candidat à la Présidentielle pour une visite surprise au Réveillon de l’amitié.

Photo Twitter @Fillon2017

Le maire d’Angers Christophe Béchu a annoncé jeudi qu’il avait donné son parrainage à François Fillon. Deux semaines seulement après avoir demandé son retrait.

Christophe Béchu réfute avoir été l’objet de pressions. « Les états d’âme, les regrets, c’est très bien, mais moi, j’ai choisi d’être acteur, pas spectateur. J’aurais aimé que François Fillon tienne sa parole mais je ne peux pas ne pas agir et rester sur le banc de touche », se défend-t-il tout en précisant quand même qu’il ne « participera pas aux meetings ».

L'article complet dans Le Courrier de l'Ouest de ce vendredi, édition Angers

Commentaires (1)

Position nuancée
Jean-François L. sam, 18/03/2017 - 10:16

Quand on écoute l'intégralité de la déclaration du maire d'Angers, on s'aperçoit que sa position n'a pas l'incohérence que suggère le titre de cet article. Il reste en réalité nuancé et exprime bien ce qui déchire beaucoup d'électeurs de la droite et du centre : ils veulent l'alternance mais ce souhait les contraint pratiquement à voter pour un candidat qui les laisse chaque jour un peu plus perplexes.

 

inscription à la lettre d'information générale
logo Courrier de l'Ouest

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Courrier de l'Ouest.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.