Recevez gratuitement la lettre d'information générale du Courrier de l'Ouest.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Angers Affiches censurées : Quazar, centre LGBT, accable le maire

0 24.11.2016 15:31
Angers. Affiches censurées : Quazar, centre LGBT, accable le maire

Angers. Affiches censurées : Quazar, centre LGBT, accable le maire

Photo Le Courrier de l'Ouest - Josselin CLAIR

Après la conférence de presse organisée mercredi par le maire d'Angers Christophe Béchu qui a voulu s'expliquer face au tollé provoqué par le retrait des affiches de la campagne de prévention anti-VIH du ministère de la Santé, le président de Quazar, Centre lesbien, gay, bi et trans d'Angers, rétorque dans un communiqué de presse :

+ Lire aussi : Affiches censurées : le « J'assume » du maire d'Angers

"Lors de sa conférence de presse du 23 novembre, Monsieur Béchu, maire d’Angers, exprime sa surprise de ne pas avoir été contacté par les associations qui organisaient la manifestation le soir même place Lorraine.

Quazar, centre LGBT d’Angers, est surpris de ne pas avoir été contacté par M. Béchu avant qu’il ne prenne la décision de retirer les affiches de la campagne de prévention. Nous avons été mis devant le fait accompli.

Qu’il ne s’étonne pas de notre réaction. Il affirme aussi que le ministère de la Santé avait hésité à diffuser les affiches en raison des visuels et des textes. C’est faux : il y avait un débat (qui n’est pas nouveau) sur le fait de savoir si une campagne qui cible les gays est plus efficace quand elle est diffusée dans des lieux spécifiques (bars, presse spécialisée…) ou dans l’espace public.

Monsieur Béchu indique également qu’il avait demandé le retrait des affiches aux abords des écoles. Il aurait dû ajouter qu’il avait aussi demandé le retrait sur le parcours des bus scolaires. Il savait très bien qu’il supprimait alors la totalité des affiches.

Enfin, cette demande a été faite 48 heures avant la fin de cette campagne : il est clair qu’il y avait une volonté de provocation, il voulait marquer le coup avant que la campagne de prévention ne prenne fin."

+ A voir aussi : Affiches censurées : 500 manifestants contre la décision de Béchu 

 

Abonnement

Retrouvez toutes nos offres
à partir de 1€ par mois

Je m'abonne

 

inscription à la lettre d'information générale
logo Courrier de l'Ouest

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Courrier de l'Ouest.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.