Alli® et Xenical® maintenus, avec rappel aux bonnes règles

Les médicaments contenant de l’orlistat, à savoir Alli® pour la vente sans ordonnance et Xenical® pour la dispensation sur prescription, n’ont d’indication que pour traiter le surpoids et l’obésité. Suite à plusieurs cas graves d’atteintes hépatiques survenus chez des utilisateurs, l’Agence européenne du Médicament (EMA) avait lancé en septembre 2011, un processus visant à réévaluer leur rapport bénéfice/risque. Le résultat de cette enquête vient de solder par un avis favorable, sous réserve que ces médicaments soient utilisés dans le respect des indications figurant à leur Autorisation de mise sur le marché (AMM).

En France donc, deux spécialités contiennent de l’orlistat :

Alli® est indiqué dans le traitement du surpoids, correspondant à un IMC supérieur à 28. Ce médicament est accessible sans ordonnance ;

Xenical® est indiqué en association à un régime modérément hypocalorique, dans le traitement du surpoids et de l’obésité (IMC supérieur à 30), associé à des facteurs de risques. Cette spécialité est soumise à prescription médicale.

Pas de risque avéré

« L’EMA a revu l’ensemble des données disponibles relatives au risque d’atteintes hépatiques et d’autres effets indésirables », souligne l’Agence française de Sécurité des Produits de Santé (AFSSaPS). Elle en a conclu que le rapport bénéfice/risque de ces médicaments restait favorable, dans les indications de leur AMM.

En effet, « l’examen de ces données n’a pas permis d’établir que l’orlistat augmentait le risque d’atteintes hépatiques », souligne l’EMA. Il n’a pas non plus permis de déterminer « le mécanisme permettant d’expliquer » l’apparition de tels troubles. En outre, « le nombre de réactions hépatiques sévères chez les patients (a été) faible et inférieur au nombre (qui aurait pu être) attendu dans cette population, étant donné le nombre de personnes traitées : 53 millions dans le monde », fait également valoir l’Agence.

Des recommandations aux utilisateurs

« La démarche (visant à) perdre du poids n’est pas anodine, ni dénuée de conséquences pour la santé ». Ce processus doit être global, individualisé et s’inscrire sur le long-terme dans le cadre d’une prise en charge médicale. Idéalement, celle-ci peut être interdisciplinaire et associer « un médecin, un diététicien-nutritionniste, un professionnel de l’activité physique et un psychologue. »

Autre conseil d’importance : le strict respect des indications. Les utilisateurs doivent également être attentifs à tout symptôme pouvant évoquer une hépatite. L’AFSSaPS recommande ainsi de consulter sans délai un médecin en cas « de jaunissement de la peau et des yeux, de démangeaisons, de coloration foncée des urines, de maux de ventre, de sensibilité du foie et de perte d’appétit ».

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.