A l’hôtel, gare aux zapettes !

Les cacahuètes proposées aux clients de certains bars ont la réputation tenace – et justifiée – de faillir à l’hygiène. On y a même parfois, trouvé des traces d’urines. Oui, d’urines… au pluriel ! Apparemment, le statut bactériologique des télécommandes présentes dans les chambres d’hôtels n’est guère plus engageant. Des chercheurs américains en effet, nous content aujourd’hui une horrible histoire de zappettes infestées de microbes.

Leur étude se passe dans le Sud des Etats-Unis. Cette équipe de l’Université du Texas à Houston, a effectué des prélèvements sur différentes surfaces – mobilier, équipements divers – dans des chambres d’hôtel au Texas, dans l’Indiana et en Caroline du Sud. La recherche était ciblée sur des germes très courants, notamment les coliformes fécaux. Sans surprise les équipements sanitaires - lavabo et toilettes - ont présenté des niveaux élevés de pollution bactérienne. Même si c’est peu ragoutant, disons que c’est dans l’ordre des choses (…). Ce qui l’est moins en revanche, c’est qu’ils en ont également trouvé… sur les télécommandes de télévision et les commutateurs des lampes de chevet. A contrario, les endroits les moins affectés ont été la tête de lit et les tringles à rideaux.

La faute des éponges...

Poursuivant leurs investigations après cette nauséabonde découverte, les chercheurs ont testé d’autres surfaces dans les hôtels en question. Et surprise, certains des plus hauts niveaux de contamination ont été trouvés sur les chariots d’entretien, et notamment sur les éponges utilisées pour « nettoyer » les chambres. Une même éponge servirait-elle ainsi, à nettoyer à la fois les toilettes et la télévision ? Autre explication possible, les clients omettraient de se laver les mains en sortant des toilettes, contaminant ensuite leur chambre et les objets qui s’y trouvent.

« Ces bactéries peuvent être à l’origine de contaminations croisées entre les chambres » analyse Katie Kirsch, étudiante à l’Université de Houston. Pour elle cependant, pas question de généraliser. « Il s’agit là d’un travail préliminaire, qui comprenait seulement 3 chambres dans chacun des Etats choisis. Cependant, nous espérons qu’il servira de base de réflexion pour une standardisation des règles d’hygiène dans les hôtels ».

En attendant, soyez prudent lors de votre prochain séjour à l’hôtel… et mettez des gants pour changer de chaîne.

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.